EU | ES | FR | EN
Facebook Twitter Vimeo Goear Scribd
Euskal Idazleen Elkartea

Brève histoire de la littérature basque

La mise à disposition des citoyens des moyens de diffusion culturelle multiplie les idéologies et approfondit la période de crise idéologique. Chaque secteur et activité socioculturels voit plus distinctement ses objectifs et son domaine d’action.

Un processus de diversification et de spécialisation a lieu dans la littérature ; de nouveaux schémas sont explorés, les contenus s’élargissent et un courant plus attentif à l’organisation interne des œuvres se renforce.

A cette époque, une tendance cherchant à donner une réponse appropriée à la conscience sociopolitique se distingue.

Dans la lignée de la création étrange et avant-gardiste de Mirande, un courant soucieux des aspects littéraires des œuvres s’affirme. Abandonnant l’engagement vis-à-vis de la société, on approfondit à présent le langage littéraire.

Roman :

A cette période, le roman s’affirme, en qualité comme en quantité. La nouveauté principale est apportée par « le roman formaliste ». Ce nouveau genre explore des techniques et des structures inédites : ce ne sont plus les personnages qui constituent le fil conducteur du récit, mais les moyens de construction de l’histoire. On demande désormais au lecteur de participer pour pouvoir suivre le fil du roman, car on ne lui racontera plus les évènements chronologiquement.

Parmi les auteurs de cette période et de ce genre, citons R. Saizarbitoria, P. Urkizu et L. Haranburu.

Parallèlement au roman formaliste, un type de romans racontant les problèmes de la société dans un langage clair, direct et populaire apparaît : le roman social. Ses auteurs principaux sont X. Gereño et X. Amuriza.

Mais le développement du roman ne se résume pas à ces deux sous-genres. On voit également apparaître le « roman symbolique ». Ce roman est lié par son contenu à l’environnement socioculturel, mais la réalité est racontée par un récit sur deux plans de signification (l’un visible, l’autre profond). Ce roman met le plus souvent en scène des personnages collectifs. Citons, parmi les auteurs ayant développé ce genre, Tx. Pellen, M. Zarate et A. Lertxundi.

De même, à cette période, la nouvelle trouve sa place dans la littérature basque, comme en témoignent ces auteurs :

  • L. Haranburu Altuna et ses nouvelles fantastiques, surprenantes et souvent touchantes : Zera... (1975) et Desgizona (1977).
  • M. Zarate et sa fable symbolique pédagogique : Ipuin antzeko alegi mingotsak (1975).
  • A. Lertxundi et ses nouvelles modernes : Hunik arrats artean (1970) et Aise eman zenidan eskua (1980).
  • X. Kintana et ses nouvelles cosmopolites et parfois mystérieuses : Behin batean (1972), Nazioarteko ipuinak (1982).

Poésie :

Le nombre des recueils de poèmes et la diversité des thèmes abordés se multiplient à cette période. L’importance est donnée au message et on aborde des thèmes socio-existentiels ; on distingue plusieurs courants poétiques :

1. Le courant usant d’un langage dense et travaillé pour aborder des contenus lourds et profonds. Il traite de l’action du peuple et de l’existence difficile de l’être humain. Dans ce courant se distinguent les auteurs B. Gandiaga et X. Lete.

2. Une poésie présentant un langage plus simple et plus libre, avec X. Azurmendi, J. Zulaika et M. Arregi. Les ambitions de révolution socioculturelle générale s’essoufflent au Pays Basque, et la désillusion se propage dans certains secteurs sociaux. La poésie claire, simple et commune de J. Zulaika et M. Arregi reflète cette situation. Une tendance poétique abordant la nature profonde de l’être humain, le quotidien et la réalité proche apparaît peu à peu.

Dans cette même lignée, on ne peut omettre ces auteurs et œuvres, qui ont permis à la poésie d’évoluer :

  • Euskal Hilobia, de M. Azurmendi (Euskal Elerti 69).
  • Poemagintza, d’I. Sarasola (1969). Sa poésie musicale présente des caractéristiques empruntées aux poètes modernes.
  • A. Urretabizkaia écrit une poésie délicate, pleine de sentiments d’une grande proximité : San Pedro bezperaren ondokoak (Euskal Literatura 72) et Maitasunaren magalean (1982).

Cependant, la création de cette période va au-delà des tendances mentionnées : le courant symbolico-lyrique, tiré des anciens schémas, se pare de contenus existentiels et de questions humaines, comme en témoignent les travaux Bizitzako urratsetan (1973) et Asekaitz (1974), de M. Iturbe.

3. Poésie des sens. La poésie visuelle, notamment, utilise, en plus des mots, des images, des graphies différentes, des compositions photographiques, des dispositions inhabituelles de poèmes. Le but de ce type de poésie est de donner au lecteur la possibilité de ressentir la poésie par les sens, le toucher, la vue, l’ouïe… Le poète cherche à s’approcher du lecteur. L’exemple le plus significatif de poésie des sens est « Hartzabal », de J.A. Artze. Dans la même lignée, citons également L. M. Mujika et J. M. Lekuona.

Théâtre et essai :

Le théâtre voit émerger une nouvelle génération d’auteurs. Les thèmes abordés se multiplient et des techniques plus modernes apparaissent. Cela ne permet pourtant pas au genre de s’enraciner. Les auteurs principaux de ce genre sont I. Begiristain, D. Landart et L. Haranburu Altuna.

A cette période, de nombreux livres apparentés à l’essai mais ne présentant pas d’objectifs langagier ni littéraires sont publiés. Ces œuvres ont en fait pour but de renforcer la diffusion idéologique, culturelle et scientifique. Citons, entre autres travaux, Sei idazle plazara (1974), de Begiramen, Pedagogia eta gizartea, d’E. Osa, et Europako ezker berria (1972), de X. Mendiguren.

Les biographies qui se sont multipliées dans les années 1990 ont eu des antécédents, puisque A. Zelaieta rédigea la biographie de G. Aresti.

A cette période, la littérature basque se lance vers la modernité. Dans le roman et la poésie de la période 1957-1975, l’influence des courants novateurs se fait sentir.

Idazleak Ikastetxeetan
Liburuak Gozagarri 2017
uberan.eus
Literatur Jarduerak
2011 Euskal Idazleen Elkartea
Zemoria kalea 25 · 20013 Donostia (Gipuzkoa)
Tel.: 943 27 69 99
eie@idazleak.eus

iametza interaktiboak garatuta