EU | ES | FR | EN
Facebook Twitter Vimeo Goear Scribd
Euskal Idazleen Elkartea

Brève histoire de la littérature basque

Tradition orale dans la littérature basque

Comme dans de nombreuses littératures des environs, la conscience de la langue et la tradition orale ont eu un rôle fondamental dans la littérature basque.

FAinsi, Oihenart lui-même, poète culte s’il en est, recueillit par écrit la ballade “Andre-Emili” en 1665. Il publia par ailleurs des proverbes, parallèlement à ses poèmes. Plus tard, d’autres auteurs, tels que Peñaflorida, Iztueta, Azkue ou Peillen –en plus des historiens, anthropologues et critiques littéraires–, constituèrent les maillons d’une chaîne d’auteurs ayant transcrit la tradition orale.

On peut donc affirmer que la littérature écrite basque n’a pas totalement abandonné les voies empruntées par la tradition orale ; ni à ses débuts (Etxepare), ni même dans la littérature contemporaine (Gabriel Aresti, Bitoriano Gandiaga…).

Pour cette brève présentation de l’histoire de la littérature, nous prendrons toutefois pour vecteur la production écrite, bien que nous sachions que l’oral –le bertsolarisme, la chanson, le théâtre– est une véritable clé et permet de mieux comprendre la littérature écrite ; que le bertsolarisme, la chanson, le théâtre et les autres genres de littérature orale sont suffisamment importants pour qu’on leur consacre une histoire à chacun ; que ce choix nous astreint à ne pas citer certains auteurs ayant pourtant eu une influence considérable sur la littérature écrite –Etxahun d’Iruri et J. Casenave, notamment-.

Litterature ecrite

Aucune approche de l’histoire de la littérature basque ne peut ignorer les conséquences de la situation sociolinguistique et sociopolitique de la langue, puisque la littérature basque a été le témoin de cette situation.

  • La langue basque n’est pas la langue de tous les habitants du Pays Basque, et cela a eu une lourde influence sur la littérature basque. Par ailleurs, au cours de l’histoire, la langue basque a été écartée de la vie sociale et officielle, sous la domination d’autres langues.
  • La division politique du Pays Basque défavorise de même la littérature écrite, qui a connu des développements bien différents des deux côtés de la frontière. Au Pays Basque Sud, la littérature basque s’est développée 250 ans après celle du nord.
  • L’absence d’unité politique accentue les frontières entre les dialectes, bien que les territoires linguistiques et politiques ne correspondent pas exactement. Des huit dialectes basques principaux existant encore aujourd’hui, quatre ont constitué des « dialectes littéraires » : le labourdin et le souletin au nord, et le guipúzcoan et le biscayen au sud. Cependant, la majorité des livres publiés en langue basque est rédigée en basque unifié ou euskara batua, forme qui n’a cessé de se renforcer à partir des années 1970.

De même, une histoire de la littérature basque ne peut perdre de vue que le concept même de littérature a énormément évolué dans l’histoire, et que le concept de ce que nous appelons aujourd’hui « littérature » ou « art » ne s’est établi qu’à la fin du XIXe siècle.

L’histoire de la littérature basque, au sens large, a généralement été liée à la diffusion et à l’utilité. De ce fait, longtemps, la plupart des ouvrages ont visé l’enseignement religieux destiné à la population.

En réalité, cette situation socioéconomique et ces caractéristiques littéraires mises à part, la littérature basque n’a pas connu d’évolution continue et cohérente. La division politique du Pays Basque, les distinctions entre les dialectes, le manque d’écoles basques et les évènements sociopolitiques et religieux ont en effet fragmenté le développement de la littérature.

Idazleak Ikastetxeetan
Liburuak Gozagarri 2017
uberan.eus
Literatur Jarduerak
2011 Euskal Idazleen Elkartea
Zemoria kalea 25 · 20013 Donostia (Gipuzkoa)
Tel.: 943 27 69 99
eie@idazleak.eus

iametza interaktiboak garatuta