EU | ES | FR | EN
Facebook Twitter Vimeo Goear Scribd
Euskal Idazleen Elkartea

Brève histoire de la littérature basque

Dans les années 70, ce que certains ont nommé la troisième génération d’après-guerre parvient à son apogée. A la fin de la dictature, aux auteurs déjà présents tels qu’Atxaga, Haranburu, Lete, Arozena et Landart viennent s’ajouter Amestoy, Eneko Olasagasti, Xabier Mendiguren et Yolanda Arrieta, entre autres. L’une des œuvres les plus remarquables est une fois de plus signée d’Atxaga, qui reprend le flambeau d’Aresti dans Borobila eta puntua. Dans cette pièce, où se mêlent tradition théâtrale et éléments d’avant-garde, il anticipe son futur manifeste Euskal Theatro Berria(ren alde) paru dans la revue Anaitasuna et qui défend un théâtre national, populaire et révolutionnaire.

A cette époque, les infrastructures brillent par leur absence. La situation transforme frontons, écoles et salles de sport en scènes d’un soir. Malgré tout, le mouvement théâtral ne s’éteint pas.

Au début des années 80, le célèbre groupe de Bilbo “Cómicos de la legua” se divise pour donner naissance à deux nouveaux collectifs : “Karraka”, dirigé par Ramon Barea, et “Maskarada”, dirigé par Karlos Panera. Ce dernier publie de nombreuses œuvres en langue basque ; des œuvres contemporaines (notamment celles d’Atxaga) et des classiques traduits (L’Importance d’être Constant d’Oscar Wilde, et Les carabines de Gastibeltza de Marc Legasse). Dans la même lignée, des troupes de théâtre se réunissent au sein de l’Antzerki Taldeen Biltzarra (Groupement des Troupes de Théâtre), pour renforcer le circuit théâtral en langue basque. Malheureusement, l’écart trop important entre les troupes professionnelles (Maskarada et Kukubiltxo) et amateurs ne leur permet pas d’atteindre leur objectif.

Les années qui suivent sont difficiles pour le théâtre basque. L’école de théâtre Antzerti disparaît et est remplacée par de petites écoles ouvertes çà et là. Parallèlement, la production de textes s’essouffle. Depuis, tout comme dans l’essai, ce sont les concours qui ont permis au genre théâtral de survivre. Citons, entre bien d’autres, le concours Toribio Altzaga organisé par BBK et Euskaltzaindia, et le concours de la Ville de Donostia.

Parmi les auteurs ayant abordé le genre dans la dernière décennie, citons les noms de Xabier Mendiguren, Luis Haranburu, Junes Casenave, Juanjo Olasagarre, Martin Irigoien, Karlos Linazosoro, Juan Karlos del Olmo, Koldo Daniel Izpizua, Ramon Agirre, Aitzpea Goenaga, Antton Luku, Pantxo Hirigaray et Javi Cillero.

www.puntueus.org/eu/

Idazleak Ikastetxeetan
Liburuak Gozagarri 2017
uberan.eus
Literatur Jarduerak
2011 Euskal Idazleen Elkartea
Zemoria kalea 25 · 20013 Donostia (Gipuzkoa)
Tel.: 943 27 69 99
eie@idazleak.eus

iametza interaktiboak garatuta